L’avenir du Castet en question

  Inscrit au titre des Monuments Historiques depuis 2012, puis classé en partie en 2014, le Castet fait l’objet de travaux depuis maintenant deux ans. L’objectif de ces travaux est de sauver ce patrimoine unique et de redonner ses lettres de noblesse à ce site emblématique.

De nombreux acteurs se sont fédérés autours de ce projet porté sous la forme d’un Comité de Pilotage (COPIL). Représentants des institutions (Etat, Région, Département, Communauté de Communes, Pays..), chercheurs (archéologues, historiens, professeurs d’Université), experts (patrimoine, architecture..), citoyens (Association des Amis du Castet).. Nombreux sont ceux qui se sont pris de passion pour ce site d’exception et qui ont décidé de travailler ensemble.

Aujourd’hui, l’avenir du Castet est au coeur des interrogations.

Restaurer, oui. Mais pour quoi faire ?

Pour répondre à cette question, la municipalité a missionné le cabinet d’étude LandArc pour l’aider à définir des scenario réalistes et porteurs pour la commune. Sa mission a officiellement été lancée le 18 janvier 2019.

Cependant, la municipalité souhaite associer ses concitoyens à cette réflexion. Pour cela, un atelier participatif sera organisé dans les semaines à venir à la salle des fêtes.

Un retour sur les avancées du projet sera fait (découvertes archéologiques, travaux) ainsi qu’une présentation du cabinet retenu. Puis viendra le moment des échanges ou chacun pourra apporter sa vision, ses envies, ses idées pour redonner vie au Castet et plus largement à la commune de Sainte Christie d’Armagnac.

 

Ci-dessous : Comité de Pilotage – lancement de l’étude du Cabinet LandArc – 18 Janvier 2018

Présents (22):

Mme Sendrané (Sous-préfète)

M.Dubreuil (collaborateur de M.Montaugé, sénateur)

M.Mazzoleni (Conseiller Régional)

M.Mondy (Direction de la Culture, Région Occitanie)

Mme Salle (Service Régional d’Archéologie)

M.Delhoume (Conservateur Régional de l’archéologie)

Mme. Teisseire (Responsable du Pôle Patrimoine au Conseil Départemental) et sa collaboratrice

MM.Blanchard (Développement du Comité Départemental du Tourisme)

M.Dinguidard (Pays d’Armagnac)

M.Bret (Directeur du CAUE)

M.Saint Martin (Maire de Sainte Christie d’Armagnac)

M.Champagne (Maitre de conférences en Histoire et Archéologie médiévale, Université de Pau)

Mme Comet (Docteure en Histoire et Architecture)

M.Portet (Cabinet Landarc)

M.Klein (architecte)

M.Labourey (Co-président de l’Association des Amis du Castet)

M.Doat (Conseiller, Premier Adjoint au Maire)

M.Laffitte (Conseiller Municipal)

M.Reymond (Conseiller Municipal)

Mme Lamoulie (sercétaire de Mairie)

Mme Ferrer (PEC)

 

Travaux sur le Castet : AVIS D’APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE

La municipalité a décidé de lancer une nouvelle campagne de travaux sur le Castet. L’accord des services du patrimoine ayant été obtenu, la campagne de travaux va commencer dès le 18 mars 2019.

Il s’agit d’une intervention sur la charpente de l’édifice, ainsi que du gros oeuvre (deux lots).

Si cela vous intéresse, vous avez jusqu’au 15 février pour répondre à cette offre à la Mairie de Sainte Christie d’Armagnac.

Télécharger l’Avis d’Appel à la Concurrence

 

J’aide le projet

Vous souhaitez participer à la sauvegarde de ce site exceptionnel, faites un don par le biais de la fondation du patrimoine en cliquant sur le logo ci-dessous.

th

En faisant ce don vous bénéficiez d’un avantage fiscal que vous pouvez calculer sur le site de la Fondation du Patrimoine.

Il est également possible de déposer un chèque à la mairie de Sainte Christie d’Armagnac qui se chargera des démarches administratives.

La municipalité et l’association les Amis du Castet vous remercient pour votre geste.

Le Projet

HISTORIQUE

Le Castet est un édifice « dans son jus », dans lequel tous les éléments anciens, à valeur patrimoniale, sont encore présents mais par endroits en très mauvais état.

Il était donc urgent de prendre d’abord des mesures de sauvegarde pour envisager ensuite une réhabilitation du Castet, de la « maison des chasseurs » ainsi qu’une mise en valeur de la motte.

Plusieurs études ont été diligentées par la mairie, propriétaire du site:

• Une campagne de datation des bois par dendrochronologie par Mme Szepertyski.

• Une étude historique et archéologique par Mme Valérie Rousset, complétée par une étude estimative des travaux de conservation par M. Étienne Lavigne.

A force de persévérance, et avec l’aide de M. Michel Tharan de l’association « Construire le Patrimoine », est signée, en mars 2014, une convention avec le délégué de la Fondation du Patrimoine, M. Christophe Jankowiak.

Août 2014

o Visite d’une délégation de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) et des Monuments Historiques.

o Création de l’association « Les Amis du Castet ».

Septembre 2014

o Proposition de protection par la Commission Régionale du Patrimoine et des Sites (CRPS).

carte-projet

o Réunion publique avec la DRAC, l’ABF (Architecte des Bâtiments de
France) et M. Alain Klein, architecte.

Novembre 2014

o La mairie, maître d’ouvrage, confie à M. Alain Klein, architecte, une mission d’étude.

Un arrêté visant à inscrire au titre des monuments historiques l’ensemble dit le Castet situé à Sainte-Christie d’Armagnac est promulgué le 31 décembre 2014.
arrete-inscription-monuments-historiques
plan-inscription-monuments-historiques

 

Présentation du site

Le petit bourg de Sainte-Christie d’Armagnac est situé sur une colline dominant la vallée du Midouzon au sud, et la vallée du Roux au nord que longe la D 931 reliant Manciet à Nogaro. Cet axe majeur succéda au XIXe siècle à l’ancienne route d’Etigny aménagée en un tracé rectiligne à la fin du XVIIIe siècle à l’emplacement d’un tronçon de l’ancienne route de pèlerinage, la Via Podensis. Après avoir traversé Manciet puis la commanderie de L’Hôpital-Sainte-Christie à moins d’un kilomètre du castrum de Sainte-Christie, celle-ci bifurquait légèrement vers le sud pour gagner la ville de Nogaro.

presentation-site-1

_

LA MOTTE FEODALE, LE BOURG ET LE CHATEAU

presentation-site-2

LE BOURG

presentation-site-le-bourgLe bourg de Sainte-Christie se compose de deux entités distinctes. La première, à l’ouest, consiste en quelques maisons situées au bas d’une motte féodale du XIe siècle s’élevant à près de 10 m de hauteur. Le castelnau (bourg d’origine castrale fondé entre le milieu du XIe siècle et le milieu du XIIIe siècle), implanté au nord-est de la motte, se compose de quelques maisons regroupées en deux petits îlots et du château englobant l’église Saint-Pierre primitive formant la seconde entité.

Cette dernière, à l’est, est constituée d’une plate-forme naturelle enserrée d’un fossé creusé de main d’homme formant une aire de plan rectangulaire de 100 m de longueur sur 60 m de largeur.

C’est sur ce point dominant séparé de la motte par le chemin rural aménagé au fond de l’ancien fossé que s’est développé à partir des XIIe-XIIIe siècles le château de Sainte-Christie (mentionné castet ou casted dans les textes). Ce dernier a été établi primitivement contre une construction du XIe siècle qui pourrait appartenir à l’état primitif de l’église paroissiale.

L’EGLISE SAINT-PIERRE

presentation-site-egliseLe château inclut au sud l’église Saint-Pierre dont l’édification a commencé au cours de la première moitié du XIe siècle.

Celle-ci fit l’objet d’une phase de reconstruction majeure à la période gothique dans la seconde moitié du XIIIe siècle.

Une intervention suivante consistant à la construction d’un bas-côté nord fut entreprise aux XVIIe- XVIIIe siècles.

Lors d’une troisième phase de travaux réalisée dans le dernier quart du XIXe siècle le mur méridional de la nef fut entièrement rebâti.

L’édifice fut alors pourvu d’une voûte et d’un décor peint qui a fait récemment l’objet d’une restauration.

LA MOTTE

motte-castraleIdentifiée en 1887 par l’historien local l’abbé Cazauran comme l’une des mottes gauloises (tumuli) les plus spectaculaires de Gascogne.

D’un diamètre de 50 m et d’une hauteur de 10 m, cette levée de terre artificielle tronconique témoigne d’une tour sur motte appartenant à l’occupation féodale du territoire dès la première moitié du XIe siècle.
_

presentation-site-la-motte-carte

LE CASTET

La Salle

presentation-site-castet-1presentation-site-castet-2

Le bâtiment, constituant le logis seigneurial d’une branche de la famille d’Armagnac, a été adossé à un rempart médiéval en terre crue dans la seconde moitié du XVe – début XVIe siècle. Bâti en pan de bois, il présente la structure d’une imposante maison d’habitation composée d’une cuisine, d’une salle (aula), d’une chambre et de latrines, pièces auxquelles sont rattachés plusieurs petits espaces réservés sans doute à des remises.

La maison des chasseurs

presentation-site-maison-des-chasseurs-1presentation-site-maison-des-chasseurs-2

L’ouvrage, couronné d’un pigeonnier, est appelé la « maison des chasseurs » parce que mis temporairement à la disposition de la société de chasse. Il est accolé à la porte septentrionale du château construite dans l’alignement du rempart au XVIIe siècle où s’ouvrait une porte primitive.

Le rempart médiéval

presentation-site-le-rempart-1presentation-site-le-rempart-2

Le tronçon du rempart conservé à l’ouest de l’ancien castrum se développe sur 19 m de longueur et une hauteur de 7 m. D’une épaisseur à la base de 1,50 m, il s’amincit dans la partie supérieure pour adopter à l’arase une épaisseur de 0,90m.

presentation-site-le-rempart-3

Le rempart, bâti en terre crue par couches continues sans embase de pierre dans la période de la fin du XIIe au milieu du XIIIe siècle, constitue un exemple unique d’enceinte réalisée selon la méthode constructive de la bauge par couches filantes. C’est la seule construction de ce genre en France et vraisemblablement en Europe.

presentation-site-le-rempart-4

Les dégradations du rempart, importantes dans la partie inférieure du parement extérieur, sont dues au ruissellement répété et à la présence, autrefois, de végétaux confinant l’humidité au bas du mur.

Les résultats de ce détrempage prolongé qui a fait « fondre » le mur concernent également les parties hautes où la couverture de l’ouvrage, défaillante, a favorisé le ruissellement des eaux pluviales depuis de nombreuses années.

Les Travaux du Castet

La façade Nord reprend vie !

Après le changement des colombages en 2017, et une journée participative pour commencer le remplissage en 2018, l’heure est aujourd’hui à la renaissance !
Les artisans, venus reprendre le rempart en avril-mai dernier sont revenus pour terminer le remplissage de la façade Nord et protéger les colombages.

Un travail à l’ancienne, dans le respect et la passion des bâtis en terre par notre expert, M.Baur, spécialiste de la terre crue que vous aviez rencontré le 1er mai pour la confection d’adobe !


Travaux sur la façade Nord : Changement des colombages

La façade Nord a vu ses colombages remplacés, hormis les bois du troisième étage qui étaient en bon état.

Par soucis de cohérence, le choix a été fait de privilégier le bois local. Les poutres, taillées par notre charpentier M.Dostes ont donc parcouru moins d’une vingtaine de kilomètres pour arriver jusqu’au chantier.


Mise en sécurité du rempart

La première de tranche de travaux fut consacrée à redonner une structure stable à l’édifice.

Un portique a été installé pour soutenir le rempart, fortement érodé, avant une intervention sur la zone sous les latrines.

Rattaché à des tirants, traversant le bâtiment et accrochés à des bloc en béton.

 

                                                  

 

   

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Retrouvez d’autres infos sur la logo-facebookpage Facebook de l’association